mercredi 27 juin 2012

Daube niçoise


Mon mari est un fervent adepte du boeuf, quant à moi, bof, bof, surtout s'il est cru; enfin en régle générale je réduis de plus en plus ma consommation de viande. Travaillant dans les Alpes Maritimes, loin de notre habitation mon Hom mange sur place sa lunch box (préparée par mes soins avec amour), mange dans un snack du coin ou se fait livrer. Jusqu'à présent Monsieur se faisait livrer son plat de daube tous les mercredis, mais un soir il arrivé competement déprimé en me racontant que le plat était supprimé jusqu'a l'automne. Pour lui faire retrouver  le sourire j'ai proposé "et si on la faisait nous même" ? ho la bonne idée ! et c'est ainsi que samedi matin nous avons été faire le marché pour notre recette à quatre mains. Nous avons pu déguster ce plat ce week end, congeler des portions, le sourire est réapparu, mission accomplie !!!

J'ai trouvé un site trés sympathique "Chez Pipo" qui propose les recettes niçoises traditionnelles.

2kg de bœuf à daube désossé (galinette et jaret), 250g d’oignons paille, 200g de carottes, 4 gousses d’ail, 1 branche de céleri, 1 bouquet garni : thym, laurier, queues de persil plat ; 3cl d’huile d’olive, Sel fin et poivre du moulin, 1,5 litre de vin rouge

[Facultatif :
5cl de marc, 250g de tomates, 80g de cèpes secs, 1 zeste d’orange, 1 clou de girofle, 1 os de veau ou couennes
Mettre les cèpes à tremper dans l’eau tiède et couper la viande en cube].

Préparer les légumes : les laver, découper les carottes, céleri, oignons en dé (1,5cm de côté)

Dans une poêle avec une cuillère à soupe d’huile d’olive bien chaude, faire revenir les morceaux de bœuf à feu vif, les réserver dans une cocotte en fonte. Dans la même poêle, après la viande, faire revenir les oignons, l’ail écrasé, le céleri, les carottes.

Laisser dorer les légumes, les rajouter à la viande dans la cocotte, ainsi que le sel, le poivre, les tomates pelées épépinées et concassées, le zeste d’orange, le bouquet garni le clou de girofle, la couenne ou l’os de veau.

Mouiller aussitôt avec le marc (possibilité de le faire flamber) et le vin rouge et couvrir à hauteur avec de l’eau. Porter à ébullition puis laisser mijoter à feu très doux pendant trois heures ou plus

Rajouter les champignons égouttés ½ heure avant la fin de la cuisson. En fin de cuisson, retirer la couenne et la découper en lanières régulières, retirer l’os de veau.


Une assiette bien généreuse servie ici  avec des gnocchis, mais vous pouvez aussi accompagner de polente ou de gros macaronis.
Si vous avez des restes, vous pouvez les utiliser en omelette ou en garnir des chaussons.

Pour cette première, nous avons fait la recette de base, mais devant la réussite de ce plat, nous referons la recette avec les ingrédients facultatif.


2 commentaires:

Yolande a dit…

hummm ça doit être vraiment délicieux !!!

uneliyaasdebonneschoses a dit…

j'aime bp ces recettes traditionnelles!!réchauffées c'est encore meilleur!biz